Architecte Loic Harel - Projet B
Architecte Loic Harel - Projet B
Architecte Loic Harel - Projet B

Projet B

Présentation du projet :

Du côté de la presqu’île, cette maison existante composée de deux volumes nécessitait d’être reconditionnée et agrandie pour les besoins de la famille. L’environnement mer / hameau imposait une difficile autorisation d’extension, impérative aux vues du programme de construction. Il fallait donc déposer une demande de permis pour créer un séjour avec vue sur mer en y ajoutant une salle de bains (extension en RDC seulement) et exploiter au mieux l’étage pour gagner une pièce supplémentaire sans agrandir le volume (interdit) en jouant avec un demi-niveau existant. Et ce sans étendre l’emprise au sol.

Démarche :

Il est important, pour nous architectes, de ne pas dénaturer les maisons en bande qui composent le hameau et dont celle-ci est la terminaison. Aussi l’agrandissement se ferait côté mer (préservation du hameau) sur une emprise de terrasse existante et servirait de lien entre les deux corps de bâtis. La volumétrie répond au style de l’habitation; façades en pierres et menuiseries en chêne à petits bois composent en appentis le séjour face à la mer. Côté route et donnant sur un espace boisé, le bâtiment existant a été entièrement réhabilité (ancien garage transformé en cuisine / salle à manger) et séjour « bas » requalifié pour accueillir une mezzanine à RDC donnant sur le jardin, pour faire entrer la lumière naturelle dans cette maison ancienne.

Travaux :

Pour ces travaux, plusieurs données clients ont prévalues :
— extension côté vue mer (vue inexistante au départ / faisabilité),
— intégration de l’extension à la maison ancienne, (cohérence du bâti),
— aménagements dans l’espace de vie RDC (possibilité d’avoir cuisine, SDE et chambre en plus),
— isolation thermique en chaux – chanvre sur tous les murs, extension comprise,
— gagner une troisième chambre à l’étage, en conservant le volume et sans pâtir du demi-niveau,
— déplacer l’escalier en limitant son emprise en mètres carrés.
Pour l’aspect extérieur : côté route, les Velux ont été remplacés par des lucarnes granit et les façades rejointoyées pour redonner du lustre à la maison tout en supprimant les enduits en ciment. Côté mer : l’extension entièrement en pierre, les chevronnières préservées et la verrière de toit composent le volume en appentis pour une meilleure intégration dans la continuité des maisons mitoyennes. Les baies créées s’ouvrent sur la mer et donnent accès au jardin d’où on bénéficie d’une très belle vue dégagée sur l’eau et sur le bois.
À l’intérieur, la surface de plancher bondit. RDC : Le garage a été transformé en cuisine / salle à manger et s’ouvre sur l’extension vitrée. Un nouvel escalier, compact, a trouvé sa place pour accéder à la suite parentale de l’étage. Le volume « bas » a été reconditionné pour s’intégrer au changement de niveau entre route et jardin. La mezzanine RDC permet d’avoir un coin bureau / alcôve et une salle d’eau supplémentaire. À l’étage, donnant sur les bois la chambre parentale bénéficie d’une large verrière donnant aussi sur la mer. Une petite salle de bains a trouvée sa place sous la pente de toit. Dans l’autre partie, deux chambres ont trouvé leur place au lieu d’une seule. Et même une salle d’eau s’insère entre elles. Le demi-niveau créé par la mezzanine RDC a habillement été aménagé en support de lit rehaussé, sans impacter l’aménagement de cette chambre.
Les travaux d’isolation ont été revus complètement grâce à la rénovation complète : laine minérale dans les rampants, fenêtres à double vitrage en bois, murs en chaux – chanvre et dalle isolée composent l’essentiel de l’amélioration thermique de cette maison exposée aux embruns et au vent de par sa position haute dans le hameau.
La rénovation de ce petit ensemble de caractère a pris huit mois.