Présentation du projet LR :

Située sur le port de Saint-Goustan à Auray, cette belle villa 1900 de type balnéaire méritait d’être modernisée et rénovée. Idéalement située en centre ville, le nouveau propriétaire, sous le charme, a décidé de tout mettre en œuvre pour rendre son lustre à cette maison de charme. Lieu d’habitation au quotidien, il fallait recomposer la distribution intérieure et faire de la façade un modèle du genre, valorisant le paysage et sa vue mer tout en s’y intégrant.

Démarche :

Il fallait créer à chaque niveau (4 en tout) un espace dédié à une fonction, avec le confort attendu, en utilisant des matériaux nobles pour toutes les pièces. Au-dehors, rénover une façade passée, alourdie par un store banne et des persiennes rouillées privant les baies toutes hauteurs d’une partie de la lumière et de la vue sur le port. Ce bâtiment atypique se décomposait ainsi : RDC : garage fermé, bureau, WC. Au premier : séjour, cuisine et chambre. Au deuxième : Chambres et salle d’eau. Au troisième : Chambres et au dernier mezzanine et grenier. L’escalier hélicoïdal carré sert d’épine dorsale aux espaces distribués. Difficulté sur cette belle propriété : deux façades aveugles (nord et est).

Travaux :

La seule grosse transformation dans le volume était de faire du garage une cuisine d’été avec coin salle à manger et espace de rangements / buanderie, la porte du garage devenant une verrière donnant sur la cour. Le bureau a gardé sa destination et a permis l’installation d’un piano à queue et quelques fauteuils de lecture.
Le reste de l’intervention intérieure a été de faire du réaménagement d’espace habitable. Au premier tout d’abord, on a décloisonné pour obtenir un plus grand séjour et laisser pénétrer la lumière. La terrasse et la vue sur le golfe à ce niveau sont exceptionnelles et l’on en profite même assis à trois mètres de la façade. Sur l’arrière de la maison, la chambre s’est vue ajoutée une petite cuisine, une suite parentale recomposée comprenant dégagement, WC indépendant et salle d’eau avec placards. Au deuxième étage, l’oriel (appelé à tort bow-window) a été ouvert sur la chambre principale pour en faire une vigie d’observation sur le port. Petits déjeuners romantiques garantis ! La pièce de vie attenante est dédiée à une grande salle de bain privative avec ses rangements. Au troisième, le décloisonnement a permis de recomposer une chambre double avec rangements et une salle d’eau indépendante. Une décoratrice a pris soin de choisir des matériaux cohérents avec l’esprit d’une maison édifiée en 1900 : vitraux, peintures de motifs sur les murs, fer forgé, bois massif, faïences, etc. Ouvrir plus tard un gîte est envisagé.
À l’extérieur, la prouesse des charpentiers a consisté à remplacer l’ancien oriel, dont le bois était rongé par le temps et la mauvaise peinture, en un seul bloc. Également de changer la ferme apparente en surplomb au-dessus de l’oriel. Les briques ont été nettoyées et remplacées, les faïences de la façade ouest ont été rénovées, les ouvertures remplacées par des baies en chêne massif et les chaînages en granit gris repris. Les persiennes ont été enlevées et remplacées par des stores intérieurs et changées par des volets bois côté ouest. Le travail sur les teintes en façades s’est fait avec l’Architecte de Bâtiments de France, permettant de remettre une couleur turquoise des plus rafraîchissantes et conforme à ce qui se faisait à l’époque. Au final, cette maison d’habitation a gagné des mètres carrés en conservant tout son cachet.
Pour la qualité de cette rénovation, cette rénovation de caractère a reçu le label « Fondation du Patrimoine » lors de sa présentation au public.